Match amicaux: L'Espagne confirme, la France rassure et la Belgique s'enfonce



Les équipes nationales d'Europe jouaient hier leur dernier match de préparation avant le début en septembre de la phase qualificative pour la coupe du monde 2010. C'était l'occasion de voir si les tendances annoncées lors de l'Euro se confirmaient ou au contraire s'effaçaient pour en laisser d'autres prendre forme.

La France qui devait absolument se racheter depuis leur mauvais Euro exhibait une défense complètement remaniée pour affronter la Suède. Thuram et Makelele ayant pris leur retraite et Willy Sagnol souffrant d'une blessure au tendon d'Achille, seuls Gallas et Evra avaient conservé leur place. Tous deux épaulés par Mexes qui n'a jamais vraiment percé en sélection et Sagna pour constituer le mur défensif devant Mandanda.

Ce secteur qui faisait jadis la force des bleus s'est montré peu rassurant hier et n'aura résisté que 5 petites minutes avant de laisser le vétéran Larsson tromper le portier français.

Heureusement, la France pouvait compter sur ses attaquants pour compenser sa défense fragile. Benzema rétablit l'égalité puis Govou mit son équipe en sécurité en réalisant un doublé. La Suède réduira le score à 6 minutes de la fin sur penalty pour donner ses allures définitive au résultat qui aurait pu être tout autre sans les superbes interventions de Mandanda.

L'Italie, une autre équipe qui avait inquiété à l'Euro, a pour sa part confirmé les doutes qui pesaient sur elle. La Scuadra s'est fait peur face à l'Autriche, désormais dirigée par Karel Brückner.

Menée 2-0 après 40 minutes, suite aux buts de Pogatetz à la 15ème et de Janko à la 39ème, Marcello Lippi a failli rater son retour en tant que sélectionneur national.

Les italiens reviendront finalement au score avec un premier but de Gilardino juste avant la mi-temps et un second à la 66ème via un centre de Zambrotta dévié par le gardien autrichien dans ses propres filets.

Parmi les entraineurs qui effectuaient leurs débuts en tant que sélectionneur, Vicente Del Bosque est probablement celui qui avait la tâche la plus facile avant d'affronter le Danemark. En reprenant une roja pleine de confiance cédée par Luis Aragones, l'ancien entraineur du Real Madrid a toutefois du attendre la deuxième mi-temps pour voir son équipe faire la différence.

Les danois avaient pris l'ascendant en première période et eurent même deux occasions franches d'ouvrir la marque. Au retour des vestiaires, Xavi Alonso ouvrit la marque avec l'aide de Fernando Torres. L'autre Xavi l'imita à la 73ème minute avant que le milieu de terrain de Liverpool n'ajoute une deuxième unité à son compteur personnel dans les arrêts de jeu.

L'autre finaliste de l'Euro, l'Allemagne s'est imposée sans forcer contre la Belgique qui était presqu'incapable de sortir de sa moitié de terrain. La Mannschaft s'installa dès le départ dans le camps belge et fit circuler le ballon jusqu'à ce qu'une occasion se profile. Le gardien Belge Stijnen échappa à l'exclusion lorsqu'il chargea crampons et poings en avant sur Podolski qui fonçait vers le but.

Les diables héritèrent d'une ou deux occasions mais ne purent les concrétiser. Un tir à distance de Mudingayi partit du mauvais côté du but allemand et De Sutter dévia un centre de Witsel dans le filet latéral.

Au retour des vestiaires, René montra ses intentions offensives en remplaçant son seul attaquant de pointe par le défenseur anderlechtois Jelle Vandamme. Wesley Sonck, plus habile avec sa langue qu'avec ses pieds cette semaine, se retrouva dès lors seul en attaque. Le joueur du FC Bruges avait, quelques jours plus tôt, critiqué les prestations des diablotins aux JO en comparant le tournoi à une récréation.

A l'heure de jeu, Gomez se fit accrocher le maillot par Van Buyten dans le rectangle et offrit un penalty à son capitaine Schweinsteiger qu'il convertit. Les allemands doubleront la marque à la 77ème minute grâce à une succession d'une-deux entre Lahm et Marin qui envoya la balle hors de portée de Stijnen. Le jeune attaquant du Mönchengladbach qu'on compare déjà à Thomas Hässler, n'avait pas été repris pour l'Euro et avait à cœur de convaincre dans ce match.

A la fin du match, Van Der Eycken ressortira son analyse habituelle en se disant très satisfait de la prestation de son équipe. C'est à se demander s'il sait que l'important dans le foot, c'est de marquer plus que l'adversaire.

Après cette défaite, l'entraineur belge devient le plus mauvais sélectionneur de l'histoire des Diables rouges en affichant un bilan de 7 victoires, 5 matchs nuls et 10 défaites en 22 rencontres soit 26 points sur 66.

D'autres résultats des principales rencontres:

Russie 1-1 Pays-Bas
Angleterre 2-2 République Tchèque
Roumanie 1-1 Lettonie
Suisse 4-1 Chypre
Argentine 0-0 Belarus

(Source: Fifa.com, Uefa.com, DHNet.be; crédit photo: Fifa.com)

 

Rédigé par Dadema à 19:48:00 dans

0 commentaires:

Rechercher